Offrir les conditions favorables pour développer la pratique des modes doux

L'Enquête Ménage Déplacement (EMD) réalisée en 2012 dans le cadre du "Plan de Déplacements Urbains (PDU) 2015-2025", montre que la part modale du vélo dans le Douaisis reste dans la moyenne basse des agglomérations de même taille (2.5% des déplacements sont réalisés en vélo). Par ailleurs, une chute très importante du nombre de déplacements à vélo (-38%) a également été observée entre l'EMD de 1996 et celle de 2012.

Force est de constater que l'actuel réseau cyclable présente de multiples dysfonctionnements (discontinuité des itinéraires cyclables, manque d'homogénéisation des aménagements...). Or, le PDU adopté en 2016 décline une action majeure "vélo" pour remédier à ces problématiques de déplacements en identifiant la nécessité de doter le territoire d'un Schéma Directeur Modes Doux (Fiche Action n°14 du PDU).

Cet outil de programmation et de planification permet en effet, au SMTD de définir une politique d'aménagement d'itinéraires cyclables et de programmation des investissements nécessaires. Ce schéma directeur facilite également la coordination entre les différents gestionnaires de voirie qui interviennent sur le territoire (Conseil Départemental, Douaisis Agglo, CCCO...). Il permet aussi de veiller à l'articulation générale des différents projets et au maillage du réseau cyclable.

Le Schéma Directeur Modes Doux constitue ainsi pour le SMTD, la feuille de route nécessaire pour offrir un réseau cyclable sûr et continu à l'échelle de l'ensemble du territoire et mener une politique volontariste en faveur des modes alternatifs à l'automobile.

Un réseau cyclable structurant en 2035

reliant les pôles urbains et s'appuyant sur les itinéraires de loisirs existants.

Le réseau cyclable structurant s’appuie sur deux catégories de liaisons :

  • Les liaisons traversantes : liaisons qui permettent de traverser le Département dans de bonnes conditions de sécurité et d’agrément en le connectant également aux territoires voisins. L’ossature est donc essentiellement cyclo-touristique et emprunte des véloroutes ou des sections amenées à le devenir (à l’échelle du Département).
     
  • Les liaisons irriguantes de niveau 1 : liaisons structurantes à l’échelle du Grand Douaisis, desservant des équipements importants (ex : collèges, gares…), rattachées au réseau traversant.

 

207 kilomètres de réseau structurant en 2035

- 116 km sont déjà existants

- 90 km restent à aménager

Des aménagements adaptés aux contextes urbains desservis

La priorisation des liaisons cyclables

Critères pris en compte :

  • Linéaire à aménager (coût des travaux)
  • Pourcentage du linéaire restant à aménager ou à conforter
  • Demande potentielle (nombre de déplacements par jour)
  • Lieux d'intérêt desservis
  • Points durs à résorber

Les services de mobilité et le stationnement vélo

  • Stationnement : emplacements de stationnement à mettre en place à proximité des arrêts de la ligne A de BHNS et de la future ligne B de BHNS, des emplacements à créer également à proximité des autres pôles d’échanges et dans les quartiers résidentiels sur les différents secteurs du territoire
     
  • Location de vélos : service de location de vélos de moyenne / longue durée mise en place par le SMTD en juillet 2019 (en connexion avec le réseau Evéole), un service à développer, en fonction de l’évolution de la demande
     
  • Communication : une stratégie de développement du vélo portée par Douaisis Agglo récemment retenue dans le cadre de l’appel à projets Vélos et Territoires (ADEME), une communication à développer à l’échelle du Grand Douaisis, intégrant a minima une carte des liaisons et des informations sur la pratique du vélo (plans papier, site internet, application…)
     
  • Autres mesures d’accompagnement : sensibilisation, formation, expérimentations à l'usage du vélo dans les entreprises et les établissements scolaires, challenges inter-entreprises ou inter-établissements scolaires…

Les partenaires financiers