Avec plus de 5.000 voyages par jour, la ligne 2 est une ligne structurante, la plus fréquentée après la ligne A. 39.000 habitants se situent à moins de 500 m de la ligne, soit 18 % de la population du territoire couvert par le SMTD. Elle présente aujourd’hui un bon niveau de service avec une vitesse commerciale de 20 km/h et un tracé rapide et direct qui dessert plusieurs pôles générateurs importants du territoire (centre-ville, quartier du Raquet, Centre Hospitalier, Gare de Douai, établissements scolaires). Sa fréquentation est en forte augmentation.

 

Néanmoins, avec seulement 20 % de son itinéraire en site propre, la ligne 2 circule en très grande majorité au milieu du trafic automobile. Elle est donc confrontée aux aléas de la circulation qui impactent sa régularité et sa fiabilité. Elle souffre notamment de difficultés de circulation dans les zones urbaines denses.

 

L’objectif est donc de la transformer en une ligne de Bus à Haut Niveau de Service. La ligne B, qui offrira une vitesse commerciale améliorée, une meilleure gestion de l’intermodalité, davantage de fréquences et une amplitude horaire élargie, un plus grand nombre de dessertes et plus de confort aux arrêts, dans les bus et durant le trajet.

Pour mener à bien ce projet, le SMTD a confié à Transamo, société spécialisée dans la maîtrise d’ouvrage des projets de mobilité, une étude de faisabilité. Après les phases de diagnostic et de définition des scénarios potentiels de tracé de la future ligne, il s’est agi en 2019 d’entreprendre une large action de concertation volontaire.

En effet, le SMTD a fait le choix volontaire et non obligatoire d’associer le public à un stade très en amont du projet quand rien n’est encore figé. Les actions de dialogue menées en 2019 ont ainsi été conçues comme un premier temps d’échanges privilégié avec les différents publics concernés par la future ligne B :  habitants, riverains, usagers, commerçants. Reste à vérifier maintenant la faisabilité technique et financière de ces scénarios, objet de la dernière phase de l’étude.

Le dispositif de consultation a fait l’objet d’une campagne d’annonce massive menée en amont par le SMTD avec :

  • une réunion d’information sur le dispositif retenu auprès des élus afin que les communes servent de levier de mobilisation ;
  • la distribution de 50 000 flyers dans les communes traversées ;
  • des articles dans la presse régionale.


Cinq réunions de participation citoyenne (2 ateliers participatifs et 3 réunions d’information), réparties sur les 3 zones traversées par la future ligne B se sont tenues en novembre 2019.

Un dossier d’information et un cahier de remarques ont été mis à disposition en ligne et dans les 8 communes concernées par le projet. Les habitants pouvaient également exprimer leurs avis ou poser des questions par mail ou téléphone.

70 personnes ont participé aux différentes réunions. Aucun avis n’a été émis via les autres canaux de communication. Au cours de ces ateliers et réunions, plusieurs points de consensus et de vigilance ont pu être identifiés. Ils permettront d’optimiser le futur tracé.

Après les phases d’études et de concertation, le projet de la ligne B va pouvoir se poursuivre et aboutir à un projet opérationnel comprenant :

  • le choix du tracé et le nombre de stations,
     
  • la description de l’insertion urbaine et desmodalités de partage de l’espace,
     
  • la définition des types d’aménagements nécessaires,
     
  • la définition de l’aménagement fonctionnel des intersections,
     
  • une analyse de la faisabilité technique et financière de ces aménagements,
     
  • un premier chiffrage financier,
     
  • un phasage et un premier planning prévisionnel.

À l’issue de l’étude de faisabilité, une concertation préalable réglementaire sera organisée permettant d’informer le public sur l’avancement du projet. Cette concertation confirme la volonté du SMTD d’accompagner le projet avec toutes les parties prenantes.