La transformation de la ligne 2 actuelle en une ligne B de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) entre la Gare de Leforest et le Centre Hospitalier de Douai constitue un projet majeur pour le développement du Douaisis.

Les objectifs du projet :

  • Améliorer les liaisons en transports collectifs au sein de l'agglomération,
  • Renforcer la desserte des infrastructures stratégiques, comme le Centre Hospitalier (CHD) et l'écoquartier Le Raquet,
  • Doter le territoire d'une alternative performante à l'usage individuel de la voiture

Plus qu'une nouvelle offre de mobilité, ce projet est également un outil d'aménagement du territoire qui conjugue amélioration de la qualité de vie, exigence environnementale, développement économique et urbain.

Qu'est-ce qu'un Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) ?

Un système global intégrant :

L'infrastructure :

  • Tronçons de voies de circulation dédiés au bus
  • Traitement qualitatif des stations (accessibilité, confort, équipements, etc...)

Le véhicule roulant :

  • Confort
  • Accessibilité
  • Design spécifique

Les conditions d'exploitation :

  • Priorité aux carrefours via un SAE (Système d'Aide à l'Exploitation)
  • Information des voyageurs (aux stations et dans les bus)
  • Billettique aux stations

Un système à haut niveau de service :

7 indicateurs du niveau de service:

  • Fréquence
  • Amplitude horaire
  • Régularité
  • Temps de parcours
  • Confort
  • Accessibilité
  • Image, lisibilité

Pourquoi transformer la ligne 2 actuelle en une ligne BHNS ?

Une ligne 2 structurante

Avec plus de 5 000 trajets réalisés par jour, la ligne 2 est la deuxième ligne la plus fréquentée du réseau évéole.
39 000 habitants se situent à moins de 500 m de la ligne, soit 18% de la population du territoire couvert par le SMTD.

Un niveau de service qui a besoin d'être conforté

Un beau niveau de service...

La ligne 2 présente déjà un certain nombre de caractéristiques lui conférant un bon niveau de service :

  • une bonne vitesse commerciale (20 km/h)
  • un tracé rapide et direct (évitant les détours)
  • la desserte de plusieurs pôles générateurs importants du territoire (centre-ville, quartier du Raquet, Centre Hospitalier, Gare de Douai, établissements scolaires)
  • une fréquentation en augmentation constante

... qui atteint aujourd'hui ses limites

La ligne 2 actuelle circule en grande majorité en milieu automobile, avec seulement 20% de son itinéraire en site propre. Elle est ainsi confrontée aux aléas de la circulation (embouteillages), en particulier dans Douai, où sa vitesse commerciale moyenne descend à 14.4 km/h entre la Place De Gaulle et l'arrêt Rue de Férin, impactant la régularité de la ligne.

La ligne 2 souffre de variations de temps de parcours allant jusqu'à 11 minutes (entre la course la plus rapide et  la plus lente), impactant la fiabilité de la ligne.

 

OBJECTIFS :
> Améliorer le service
> Capter de nouveaux utilisateurs
> Transformer l'actuelle Ligne 2 en future Ligne B de BHNS

ENJEUX :
> Plus de régularité et plus de fiabilité
> Une vitesse commerciale améliorée
> Une meilleure compétitivité par rapport à la voiture
> Une meilleure gestion de l'intermodalité
> Plus d'amplitude horaire
> Plus de confort aux arrêts, dans les bus et durant le trajet
> Mieux desservir des quartiers en développement

Quel tracé pour la future Ligne B ?

Dessertes et pôles générateurs de la Ligne B

Le tracé de la future Ligne B correspond en grande partie au tracé de la ligne 2 actuelle, en dehors de l'aménagement d'un terminus partiel à la Gare de Leforest (fréquence et nombre de courses à définir)  et de la rue de Paris dans les deux sens de circulation (suppression de l'itinéraire dissocié)

  • 17 km de tracé
    de nombreuses connexions avec le réseau existant (TGV, TER, Réseaux évéole et Tadao)
  • 40 arrêts
    de nombreux équipements desservis

 

Implantation des stations de la Ligne B

La réflexion sur le tracé et l'implantation des stations a fait l'objet d'un échange approfondi avec les habitants lors des actions de dialogue de novembre/décembre 2019. Les remarques des habitants ont été déterminantes pour le choix final du tracé de la future Ligne B.

Les partis pris pour l'insertion des stations :

  • Rester autant que possible en cohérence avec les stations de la Ligne A, les arrêts actuels de la Ligne 2, la desserte principaux pôles générateurs et les points de correspondance avec les autres lignes ;
  • Viser une distance interstation supérieure à 300 m (pour un temps de parcours optimal);
  • Prendre en compte des cheminements piétons en lien avec les stations pour garantir un accès facile aux stations.

Dans certains secteurs, le positionnement des arrêts de bus a évolué par rapport à la ligne 2 actuelle : la réorganisation des arrêts dans les secteurs d'Auby, du quartier du Faubourg de Béthune et de la Rue de Paris permet une meilleure répartition des arrêts.

La localisation des arrêts offre un bon niveau d'accessibilité aux équipements à proximité de la ligne et permet la desserte plus fine des quartiers prioritaires inscrits dans le programme de la politique de la ville.

Quels sont les modalités de mise en oeuvre ?

Les types d'aménagement

Pour garantir au BHNS un temps de parcours rapide et fiable, des aménagements de voirie et d'espaces publics peuvent s'avérer nécessaires.
La circulation en site propre (= voie de circulation réservée aux bus) est la solution la plus performante.
Dans certains secteurs, le BHNS partagera sa voie avec d'autres véhicules. Dans ce cas, des mesures localisées (priorité aux feux etc.) seront mises en oeuvre pour que le BHNS ne soit pas retardé par la congestion automobile.
Le choix du profil d'insertion sur un secteur se fera en fonction de nombreux éléments dont l'emprise disponible, les contraintes et opportunités liées au bâti existant et aux projets d'aménagements urbains, le type d'environnement, les usages des espaces publics...

Les partis pris pour l'insertion des stations :

  • Maintenir l'ensemble des sens de circulation locale et desserte interne, sans en pénaliser outre mesure la fluidité
  • Maintenir autant que possible les usages présents, formels ou informels : stationnement, traversées piétonnes
  • Tenir compte de l'ensemble des entrées/sorties de voiries et immeubles/maisons
  • Ne pas pénaliser le stationnement devant les commerces
  • Promouvoir le développement des modes actifs, notamment la pratique du vélo

Les plans prévisionnels de l'implantation des stations de la Ligne B sont disponibles sur ce lien de téléchargement.

Les aménagements de la Ligne B

Un diagnostic a permis de définir les besoins d'aménagements suivants :

  • La partie Nord de la ligne (secteur 1 et 2 - Leforest > De Lattre De Tassigny) nécessitera des aménagements réduits.
  • Sur la section centrale (secteur 3 - De Lattre De Tassigny > Place De Gaulle), le BHNS utilisera les infrastrutures existantes de la lLigne A sans modification.
  • Entre le Place d'Armes et la Rue de Paris, les bus circuleront en double sens (suppression de l'itinéraire dissocié), sous réserve de pouvoir réaliser l'élargissement de chaussée nécessaire.
  • La section Sud (Rue de Paris > Saint Pol) concentre l'essentiel des aménagements proposés.
  • Le franchissement de la rocade Est constitue un point dur de circulation avec le giratoire Centre Commercial/Zone du Luc/Hôpital

Les partis pris :

  • Optimiser les équipements/aménagements existants de la Ligne A quand cela est possible.
  • Privilégier autant que possible la mise en place de solutions légères, telle que la priorité aux feux, permettrait de conserver une certaine régularité tout au long de la journée, ou encore la réalisation de couloirs d'approche ou la reprise de certains carrefours.
  • Limiter les aménagements plus importants à certains points durs (tels que la Rue de Paris, la rue de Cambrai ou le giratoire Centre Commercial/Zone du Luc/Hôpital) pour limiter les conséquences sur le trafic routier et améliorer le fonctionnement de la future Ligne B.

Pour visionner l'ensemble des aménagements réalisés dans le cadre de la Ligne B, les plans projets prévisionnels sont disponibles sur ce lien de téléchargement.

Evaluation des gains de temps

Le véritable objectif de ces aménagements concerne avant tout la fiabilisation du temps de parcours :

  • La fiabilisation des temps de parcours permet d'assurer un temps de parcours identique aux usagers tout au long de la journée et d'améliorer les correspondances (avec le train notamment).
  • La fiabilisation des temps de parcours permet d'améliorer l'exploitation de la ligne en optimisant la productivité globale de la ligne.

Les équipements d'intermodalité

Avec l'arrivée de la Ligne B, il sera plus facile de combiner plusieurs modes de transport pour arriver à destination.

Des abris vélos sécurisés...

Des réflexions sont en cours pour implanter plusieurs abris à vélos sécurisés à proximité de plusieurs stations et encourager ainsi la pratique du vélo et le rabattement des usagers vers le future Ligne B :

  • Secteur République à Auby
  • Au Pont d'Esquerchin / Station "Ecole des Mines" (implantation réalisée avec l'inauguration le 4 juin 2021 d'un abri vélo de 20 places) 
  • Au terminus Sud de la Ligne - Station "Centre Hospitalier"

Un parc relais...

à proximité du terminus Centre Hospitalier permettrait aux usagers, venant de zones non desservies par les transports collectifs, de stationner leurs véhicules en toute sécurité et de se rabattre sur la Ligne B de BHNS.

Quels sont les modalités de mise en oeuvre ?

Le budget envisagé

L'étude de faisabilité a effectué une première estimation de l'enveloppe budgétaire, sur la base d'une décomposition projet des coûts. Les montants indiqués peuvent être amenés à évoluer en fonction des aménagements retenus sur les différents secteurs (qualité des matériaux, aménagements spécifiques...).

Le coût du système de transport est estimé à environ 6 millions d'euros qui concerne les coûts indispensables des aménagements directement liés à la Ligne B :

  • Les plateformes et revêtements bus,
  • La mise en place des nouveaux carrefours à feux et l'équipement des carrefours existants du système de prise en compte aux feux
  • La réalisation des stations et mobilier les équipant

Le coût des aménagements urbains connexes est évalué a 19.3 millions d'euros. Ces coûts correspondent aux aménagements complémentaires liés au projet (amélioration de la qualité des cheminements piétons, réaménagements d'espaces urbains...). Ils devront faire l'objet d'échanges techniques et financiers entre le SMTD et les partenaires associés au projet (gestionnaires de voirie, communes...).

Soit un coût toal de 25.3 millions d'euros HT, qui équivaut à environ à 1.4 million d'euros par kilomètre de tracé (coût travaux).

Les grandes étapes du projet

Les futures étapes du projet de ligne B sont aujourd’hui définies à travers un planning directeur « type » (présenté ci-contre) établi lors de l’étude de faisabilité portant à 18 mois la durée estimative des travaux. Ce dernier pourra être réévalué dans les suites du projet.

En amont de la réalisation de la phase travaux, il conviendra de préparer la phase de maitrise d’oeuvre pour permettre un démarrage rapide des études complémentaires. Cette préparation consistera, dans un premier temps, en la constitution d’une équipe projet SMTD spécialement dédiée à ce dossier. Dans un second temps, le portage du projet sera organisé et structuré en instances de travail et décisionnelles.

L’entrée en phase travaux débutera avec la phase de consultation des entreprises. Plusieurs travaux seront à coordonner par le Syndicat : de déviation des réseaux concessionnaires, préparatoires de libération des emprises et de dépose des mobiliers, les travaux à proprement parler du BHNS.

La mise en service de la ligne B est programmée pour 2025.

L’information du public et particulièrement des riverains potentiellement impactés par les travaux sera organisée et actualisée selon les différentes phases du chantier. Elle passera par exemple par la diffusion de tracts d’informations précisant notamment le périmètre et la durée des travaux et la réorganisation des circulations et du stationnement dans le secteur. La communication est à ce stade un outil indispensable pour mener à bien la réalisation concrète du projet et en assurer « l’acceptabilité » et la compréhension auprès des usagers et riverains impactés par la future Ligne B.